Diocese d'Uvira

Click here to edit subtitle

ECOLES AGREES, MECANISEES MAIS NON BUDGETISEES : UNE BIZARRERIE EN RDC


Depuis quelques décennies, on assiste, dans notre pays, à la mise sur pieds des infrastructures scolaires et, particulièrement, à la création des écoles dans tous les coins du pays. Comme on peut le remarquer, de Zongo (Equateur) à Kakyelo (Katanga), de Doruma (Province Orientale) à Kisenge (Katanga) en passant par Kabeya Kamwanga (Kasaï), de Nyangezi (Sud -Kivu) des écoles ont poussé comme des champignons, surtout à partir des années 70-80, dans l’anarchie pour la plupart. Il s’agit des écoles de misère, agrées certes, mécanisées aussi, mais non budgétisées. Un non sens caractérisé, qu’on tend étrangement à institutionnaliser.


ECOLES CATHOLIQUES

Depuis l’arrivée des missionnaires, l’école a toujours été une des premières priorités de la pastorale diocésaine.


Diverses évêques qui se sont succédé l’ont fait en construisant les écoles même dans les milieux très reculés de notre diocèse.


Malheureusement, la situation socio-politique de notre pays a freiné cet élan pastoral en faveur de l’école. Ce qui a conduit à un analphabétisme croissant à cause des guerres à répétition. Pour remédier à cela, le diocèse s’emploi à redynamiser les structures de l’enseignement, à réfectionner les établissements scolaires avec l’aide des partenaires, selon l’esprit et les objectifs de l'école catholique comme lieu d'éducation intégrale de la personne humaine à travers un projet éducatif clair qui a son fondement dans le Christ; son identité ecclésiale et culturelle; sa mission de charité éducative; son service social; le style éducatif qui doit caractériser la communauté chargée de l'éducation (Sacrée Congrégation pour l’éducation catholique) car rappelle Jean Paul II, que «l'avenir du monde et de l'Eglise appartient aux jeunes générations, qui, nées au cours de ce siècle, arriveront à leur maturité au cours du prochain, le premier du nouveau millénaire».


L'école catholique doit être ainsi en mesure de fournir aux jeunes les instruments de connaissance qui leur permettent de prendre place dans une société fortement marquée par les connaissances techniques et scientifiques mais, en même temps — nous pourrions dire en premier lieu — elle doit pouvoir leur donner une solide formation orientée chrétiennement.

Fizi: inauguration de l’institut Lube après sa réhabilitation


Le Concern Congo et l’économat du diocèse viennent d’achever la réhabilitation de l’Institut Lube de Fizi. Les travaux commencés il y a deux ans ont obtenu le financement de Fondation Moise Capwe (le Gouverneur du Katanga. La réhabilitation de Lube a nécessité de lourds travaux qui ont été exécutés sous la direction technique de l’Ingénieur en constructions Abbé Isidore BWALYA, Chancelier du diocèse d’Uvira. Toutes les salles de classes ont été retouchées et repeintes. Le toit de tous les bâtiments de l’institut a été refait, le plafond remplacé. Le dortoir de l’internat, le réfectoire et la salle de spectacles ont été remis à neuf. Une buanderie a été ajoutée à côté du dortoir de l’internat. Chaque bloc a ses toilettes. L’école primaire d’application Lube a obtenu un bâtiment de six classes et des bureaux pour la direction. Tout ce complexe scolaire est doté d’une salle d’informatique, avec connexion internet à partir d’une antenne V-sat. Un puissant groupe électrogène de 50 kva alimente tous les bâtiments en énergie électrique. L’inauguration de Lube réhabilité a eu lieu le 29 décembre 2014. Elle a été présidée par le Mgr Sébastien Muyengo Mulombe (L’évêque de diocèse d’Uvira), en présence de nombreux invités et de la population de Fizi.

Monseigneur l’évêque et les deux hôtes ont prononcé, chacun à son tour, une adresse à la population. Les parents de tout le diocèse ont été invités à envoyer leurs enfants à l’école et à l’internat.

Infrastructures



Les écoles d’antenne e Mwenga bénéficient de l’appui du R.P. Raoul de BOUISSERET. Dans tous où les habitants ont moulé des briques, ils ont reçu du ciment pour l’érection des murs et le R.P. Raoul a fait poser la toiture. Pour certains villages dont l’éveil a tardé tel Masaka, Kisumbu et de même pour le village de Kamituga, quoiqu’ayant bénéficié d’un bloc de quatre classes et dont l’Institut Milangwe manque d’infrastructures…donc pour ces villages, il y a espoir que cette année scolaire 2015-2016 vont se ressaisir.

 

Bancs

 

L’Institut Lungafu possède des bancs en grand nombre et l’E.P Lungafu a une solution pour faire asseoir ces élèves, grâce au R.P. Raoul. Avec le soutier de Concern Congo a fait don de quelques bancs (60) à l’E.P. Mwemena et Musomoka pour 2 ou 3 classes. Ailleurs les enfants écrivent sur les genoux.

Oops! This site has expired.

If you are the site owner, please renew your premium subscription or contact support.